Concours Smartphone pliable : Comment je me suis planté dans les grandes largeurs.

Je ne vois pas pourquoi ce serait seulement au gagnant d’expliquer son ingénieuse, subtile et raffinée stratégie qui lui a permis de terminer à cette glorieuse 63ème place, synonyme de gloire et beauté (non… je ne suis pas aigri un instant)

Première constatation… je me suis planté sur toute la ligne et même deux fois, voire trois, à la fin, je trouve cela plutôt cocasse alors qu’au départ j’avais la bonne stratégie, j’ai douté, tourné et à la fin vrillé…. Comme quoi, il faut parfois suivre dès le début son instinct de SEO au lieu de trop réfléchir à essayer d’anticiper un futur incertain. Passé cette introduction, entrons dans le vif du sujet.

Au départ

  • Le mot clé : smartphone pliable
  • Un vrai mot clé
  • Une SERP : De type actualités
  • Une concurrence naturelle : Volatile et hétéroclite
  • Concurrence SEO : Du monde
  • Une durée : 2 mois et quelques jours
  • Mon budget : Max 500€
  • Mon temps : limité… max une heure jour

Stratégie de départ

  • Une home page en forme de post (incluant commentaires)
  • Une home page de plus de 4.000 mots (+ bonus au fil du temps)
  • Des catégories par marques et modèles (se complètent au fil du temps)
  • Des news en traduction US-ES => FR (objectif >300 articles)
  • Netlinking : PBN +/-30 sites
  • Netlinking : Des petits liens HP trouvés dans la thématique
  • Netlinking : Quelques articles de blogs dans la thématique
  • Netlinking : Si à la fin tout va bien, demander de groooos liens dans la thématique aux copaings

Oui, mais voilà… je n’y ai pas cru, cela me semblait trop simple et d’ici deux mois ce serait soit des HP « classiques » ou des pages internes en mode « tests de produits » qui allaient dominer la SERP. Cela me semblait logique, je n’avais pas anticipé plusieurs éléments qui ont finalement provoqués mon échec.

Les imprévus du concours :

  • Le flux d’actualités plus important que je n’aurais imaginé sur la période du concours
  • Le SPAM report (ou technique du Google Putois) & pénalités manuelles
  • La peur des SEO de sortir du bois
  • Google qui montre ses muscles

Autre élément qui m’a fait changer d’opinion, c’est le NSEO via duplicate content, autant le NSEO via linking il n’y a objectivement plus grand-chose à craindre aujourd’hui (sauf si très bien fait). Le NSEO via duplicate, lui est tellement simple à mettre en place sur un concours SEO, que je savais bien que tout contenu propre serait mort très rapidement et hypothéquerait mes chances de survie.

Changement de stratégie

Je change mon fusil d’épaule et je me lance dans une double stratégie avec le premier site envoyé qui passe en mode « actualités en mode traduction » et « contenu froid traduit ». Pas besoin d’investir dès le début dans du vrai contenu si c’est pour voir celui-ci se dupliquer aux quatre coins du web, il sera temps à la fin de mettre du vrai contenu optimisé pour empocher la mise.

La deuxième stratégie était de lancer un site dans Google Actu et de le switcher avant le 28 Fev (qui était la date limite pour changer de NDD). En soi, ce n’est pas un problème de mettre les briques pour un site à faire inclure dans Google Actu, c’est le délai le plus problématique ; quand le site est trop jeune, Google peut prendre son temps pour le mettre à l’épreuve des QR-News. Mais si cela passait, une 301 vers l’ancien domaine vers le nouveau qui est dans Google News rendrait de la cohérence à celui-ci par rapport à la SERP. 

Jusqu’ici tout va bien

Au bout 10-15 jours tout va bien, je passe sur les 301 bizarres qui pointent sur mon site, le duplicate etc… en soi, rien de bien méchant et rien de bien neuf non plus…. Par contre, je vois passer l’OVNI Milk (Aka Paul.S) qui, avec une page comme je l’imaginais ou presque, dépasse tout le monde et se place en première position… oupsss.

Première réflexion aigrie…. « Puuuuuf ça ne tiendra pas son truc, ça va dupliquer et tomber, trop ambitieux (je pensais en réalité « prétentieux ») le Milk il va se faire bombarder ça ne peut pas tenir » !

Mais pas de panique, je garde mon cap, je fais monter mon site, je lui donne du trust, du poids SEO et de la sémantique, il se stabilisera entre la 10-20ème place d’ici une dizaine de jours et il deviendra compliqué pour les concurrents de passer devant. Et si j’arrive à faire rentrer mon deuxième site dans Google News, je ferais un très bon switch « trust+ Google news », je n’aurais aucun problème d’indexation et si je suis copié ce sera encore mieux, car cela me fera un petit boost de ranking.

Oui mais voilà le SPAM report arriva…

Milk en premier, moi en deuxième, ça fait mal, c’est une première, ça énerve, ça casse ce que je voulais faire et planifier… Tout d’un coup le grand moment de solitude, « maintenant je fais quoi ?». Je ne vais pas rentrer dans les détails du pourquoi et du comment sur le fait que je suis convaincu qu’il s’agit dans un premier temps d’une salve de spam report qui a plombé le concours et qu’à la fin par contre c’est Google qui a fait la loi (mais je reviendrais sur ce point plus loin). Mais à ce moment avec le recul le concours est mort, j’ai clairement décroché. Pour tout vous dire, je me suis plus amusé de voir ma gamine s’y essayer et lui expliquer des trucs sur WP, le SEO, le contenu etc… ce petit moment fun… et puis elle aussi s’est fait shooter…. Puuuuf encore moins fun le concours… Cela devient une mascarade ce concours ! 

Ça tombe comme à Stalingrad

Expression, issue des « tontons flingueurs » qui finalement va très bien ici, les spam report s’enchainent les uns aux autres. L’ambiance devient délétère sur les différents chanels Skype, Slack, FB et TW où je traine, c’est la mort du spirit SEO des concours.

Je reviendrais en fin, sur les rencontres que j’ai faites sur ces chanels et l’évolution que je note aujourd’hui chez la jeune garde des SEO. Au fil des jours, la SERP ne ressemble plus à rien, être premier c’est la mort à l’échafaud direct… Conclusion : vivons caché…

Vivre dans l’ombre

Je fais donc un 180° dans ma stratégie, moi qui ai toujours (et dans tous les concours) choisi d’être visible du premier au dernier jour, pour le fun, le chambrage, la bonne humeur, la participation… Je passe en mode sous-marin… Ce n’est pas ce qui m’amuse le plus dans un concours, mais vu que maintenant je suis à l’intérieur, autant essayer d’aller au bout. Ce concours va ressembler à une loterie donc allons jouer à la loterie Google. Il faudra juste ajuster la fenêtre de sortie en fonction des SPAM report et de la durée de prise en compte par Google pour passer entre les gouttes en espérant pouvoir faire monter rapidement le site le plus haut possible en quelques jours.

La stratégie du sous-marin

Classiquement, il s’agit de sortir 3-4 jours avant la fin du concours et utiliser le boost de fraicheur que donne Google à l’indexation pour passer devant tout le monde. En ayant fait auparavant tout le travail en amont niveau netlinking et content, bien évidemment. En fait, on peut faire mieux niveau stratégie du sous-marin, il faut sortir son site 3 semaines avant la date fatidique, le laisser deux trois jours, le temps que Google indexe tout le contenu et transite bien au niveau des liens. Google va bien garder en mémoire tous ces éléments. Après, il faut juste dans la GSC faire un « supprimer URL » au niveau de la racine du site (et repasser en noindex) et 3-4 heures après le site a disparu des SERP, mais pas de Google car cette option de Google est une suppression « temporaire » de l’url, donc Google garde bien tout en mémoire.

Et le jour-J, on réintègre l’URL et en quelques heures tout le site est de nouveau totalement indexé par Google et on garde le petit boost de fraicheur. La problématique, c’est ensuite d’attendre que le site monte suffisamment haut pour bien se placer avant que les QRs ne sanctionnent… Je pense que 5 jours devraient passer sans problème… Nouvelle erreur (je ne les ai pas compté jusqu’ici mais je commence à les accumuler).

Et Waka est arrivé

Mais à cet instant, je vois arriver Stéphane Madaleno, avec la stratégie théoriquement gagnante… (site généraliste smartphone + page dédiée, just perfect si le site a du trust) et d’ailleurs ça marche ! Mais Google en fera un exemple en faisant très probablement le participant le plus touché au niveau des pénalités collatérales.

Mais revenons à Waka…. Soyons honnêtes au début je pensais que c’était le retour de Paul, arrivé de nulle part ou presque, monter aussi vite avec un site pour ainsi dire cloné de son premier… et puis j’ai regardé le profil de liens et là j’ai changé d’avis…. Je me suis dit « tiens c’est le stagiaire de Paul qui arrive » 😉 et après deux, trois demandes d’info, on m’a expliqué qu’il n’en était rien et qu’il s’agissait d’une autre personne. OK au temps pour moi…

On voit bien que cette structure de page était bien celle demandée par Google… Cette HP en forme de « post » fonctionne à merveille et ce n’est pas un hasard si les micros-sites d’affiliation raffolent de cette structuration, cela marche très bien. C’était donc la bonne stratégie à suivre sur le concours au niveau du onsite.

Et moi alors ?

J’arrive le mercredi vers la 50ème place et chaque jour, je monte de +10 approx, je me dis tout va bien (même si un peu loin quand même), il ne me manque que le dernier coup de boost pour monter vers les premières places lundi. Sauf que voilà, dans la nuit de vendredi à samedi Google a flingué tout le monde… bim bam boum tout le monde retourne au bac à sable…et accessoirement, me voilà en dehors du top 100 avec de multiples pénalités manuelles.

Mais juste pour le fun, je me suis quand même dis qu’il faut bien tenter un dernier truc qui ne prend que 5 minutes à mettre en place, donc autant essayer

Un coup de Google Actu ?

C’est quoi, le truc ? En fait c’est très simple, j’ai en stock un vieux site inclus dans Google news que je n’utilise plus et qui ne sert à rien…. Je balance donc tous les articles que j’ai sur le site de mon concours dessus (plus ou moins 300), Google indexe tout cela en quelques minutes et ensuite je fais une 301 domaine vers domaine en htaccess pour que les articles présents dans Google Actu arrivent bien sur l’article correspondant mais sur le site du concours (pas le site inclus de Google news).

L’objectif ici est de générer du trafic qui, indirectement, me fera remonter dans la SERP (j’avais déjà testé avec succès cette méthode). Le trafic sur ce week-end est bon avec plus ou moins 10K de visiteurs … Mais hélas pour moi aucun impact sur le positionnement le site, étant définitivement plombé par ses pénalités… Dimanche soir, il n’y avait plus rien à faire, ce concours était un fail total pour moi… Tout ce que j’ai tenté n’a pas fonctionné… Heureusement il me restait l’Event pour me rattraper et passer un bon moment.

Bilan perso 

Plantage total, pas grand-chose de vu d’intéressant niveau stratégie chez les concurrents, j’ai raté le concours. Le SPAM report et le nettoyage final de Google ont fait le reste. Je pense que ce sera mon dernier concours, finalement l’ambiance est devenue malsaine trop rapidement et le fun n’était pas présent, sauf avec certains participants bien évidement, mais au global… Soyons honnêtes c’était bien des fois très tendu.

Ma conclusion personnelle sur le concours ? Je n’ai rien appris de neuf. Sauf peut-être deux- trois bricoles sur les pénalités et leurs natures. Niveau SEO, je n’ai pas vu, sauf Stéphane M, de stratégie ambitieuse et/ou novatrice pour gagner concrètement.

Et le concours alors ?

Je vous annonce que le grand vainqueur du concours « smartphone pliable » est GOOGLE !!!! Bravo à lui bien joué, chapeau !!! Un cador… Quand le premier d’un concours est 63ème il ne devrait même pas recevoir de prix tellement c’est risible. Pour les prochains concours SEO, il faudrait inclure une clause ou si le premier n’est pas TOP 20 pas de prix, ce n’est pas sérieux. Certains diront que je suis mauvais perdant, et ils auront raison, mais cela ne change en rien le diagnostic… Google nous a renvoyé à nos chères études et en soi, c’est un article complet qu’il faudrait écrire sur l’humilité nécessaire qu’il faut avoir vis-à-vis de Google. Le boss c’est lui, nous ne sommes que des puces qui parasitent son dos, ni plus, ni moins. Un minimum de réalisme serait nécessaire surtout de la part de la jeune garde SEO, mais j’y reviendrais plus loin quand je parlerais  de l’Event en lui-même (autre fail perso de taille XXXL). Quand je vous disais que j’ai raté ce concours de A à Z, j’avais raison !!!

On passe à l’Event, direction Lyon !!!

Et bien non… pas de Lyon, non plus…. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas… Ce concours est définitivement chat noir pour moi…. Et je traine ce chat noir encore aujourd’hui au moment où j’écris ces lignes. Donc préparation pour le grand départ vers l’Event NextLevel sauf que comme un malheur n’arrive jamais seul, me voilà avec une bonne bronchite XXXL qui m’envoit directement au lit sans passer par la case train et Lyon… pas d’Event pour moi, juste me trainer sous mes couvertures à suivre les commentaires sur les différents réseaux et groupes où je suis inscris. Vous me croyez maintenant que ce concours m’a porté la poisse ?

Un Event derrière un écran

Ce sera donc derrière un écran que je vais suivre l’Event Lyonnais et ce fut tout de même instructif, mais dans le mauvais sens du terme. En effet, il y a une véritable délectation de la jeune garde SEO à voir comment WAKA a manqué de classe, d’élégance et de distinction dans sa présentation, avec un florilège de lolilol, rha rha rha etc…qui clignotaient sur mon écran, tout cela m’a permis de supprimer un bon nombre de groupes où je me trouvais et ce n’est pas plus mal.

Après évidemment, j’ai de supers retours de l’ambiance, des conférences de l’olympiade et d’une soirée ô combien réussie, je ne peux en avoir que plus de regrets… Ce concours m’aura donc décidément laissé un paquet de remords et regrets.

Conclusion de l’histoire

  • Je me suis planté et je n’aime pas ça.
  • Google a gagné, il ne fallait pas venir dans son jardin.
  • 63ème ce n’est pas une victoire (ou alors à la Pyrrhus).
  • Il faudra s’adapter à la nouvelle mentalité SEO, même s’il y aura encore quelques paires de baffes à donner et renvoyer certains juniors à leurs balises Title.
  • Il faudra que j’écrive un jour un billet sur l’EGO et le SEO, enfin surtout ceux qui ont un EGO mais pas de SEO.
  • Le SEO est moins fun, sauf en R&D.
  • Le SEO est toujours fragile face à Google et il y a un devoir d’humilité à avoir.